KALONDA : MESSE DE CLOTURE ANNEE ACADEMIQUE 2018

Le dimanche 8 juillet 2018, le séminaire philosophique interdiocesain Saint Augustin de Kalonda a célébré la messe de clôture de l'année academique 2017-2018, laquelle a été officié par Mgr. Jean-Pierre Kwambamba, Evêque de Kenge.

Homélie de Mgr. Jean-Pierre Kwambamba

Monsieur l’Abbé Recteur,
Monsieurs les Abbés formateurs,
Chers membres du corps enseignant,
Chers professeurs,
Chers séminaristes,
Distingués invités en vos titre et qualités, respectifs
Chers frères et sœurs
Nous voici réunis au terme de cette année académique et spirituelle 2017-2018, afin de rendre grâce à Dieu pour ce que cette année a été, avec ses peines et ses joies. En dépit de difficultés endurées, il nous a accordé une année qui s’achève en toute beauté. C’est pour nous une raison majeure de lui exprimer notre gratitude et de lui offrir d’ores et déjà, la nouvelle année, en perspective telle qu’elle sera. Le travail abattu cette année est certainement énorme pour la maturation personnelle et pour l’édification de l’Eglise. Que Dieu donne sens à tous nos labeurs et fructifie les graines du royaume jetés en terre par les efforts fournis par chacun.
Chers séminaristes, j’ai découvert une grande complicité entre ce que vous commencez aujourd’hui, c’est-à-dire vos vacances et le mouvement effectué par Jésus, dont Saint Marc nous parle dans sa page de l’Evangile. En effet, Jésus rentre dans son village où il avait grandi. Vous rentrez également chez les vôtres. Le parallèle de ce texte se trouve, avec détails, dans Luc 4, 14-24, où Luc nous cite le nom de son village d’origine, le contenu de sa prédication dans la synagogue et même l’origine de sa puissance qui est l’Esprit Saint.
Mais aujourd’hui, Marc n’entre pas dans les détails. Il se borne à situer Jésus dans son village natal, le présente dans la synagogue prêchant le jour du sabbat. Pour Luc c’était dans les habitudes de Jésus de monter à synagogue bien que Marc ne le dit pas explicitement.
Avant d’aller plus loin, je voudrais insister sur les habitudes acquises dans les différentes structures de formation par où vous êtes passés. Chers séminaristes, on ne renonce pas aux bonnes habitudes ou coutumes, car la vertu est la constance dans le bien.
Au séminaire vous avez acquis le sens de la prière, l’honnêteté, la ponctualité, la vérité, la justice, la rigueur dans le raisonnement, la droiture, le sens du sacrifice, le sens d’un travail bien fait. Restez attachez attachés à toutes ses valeurs, faites en vos biens personnels sans lesquels vous ne pouvez pas vivre. Les vacances vous sont données pour en faire usage et en témoigner au milieu de notre monde en perte de valeurs morales. Propagez ces habitudes atour de vous et contaminez d’autres jeunes, influencez les pour qu’ils imitent et trouvent en vous de séminaristes dignes de ce nom, des candidats au sacerdoce ministériel.
Chez les Auteurs chrétiens, un candidat est homme qui est en quête de Dieu, ce mot renvoyait spécialement aux néophytes (nouveaux baptisés) qui s’habillaient de blanc, d’une blancheur éclatante « candidus » en latin. Le mot candidat, de par son étymologie latine revoie ainsi à la blancheur et à la pureté. Un candidat est celui qui brille par sa pureté, son innocence et son caractère irréprochable en raison de la noble tâche à laquelle il aspire.
Il y a ainsi un lien de complicité entre la candidature et les valeurs de pureté. En principe, suivant la force du terme, on ne peut pas trouver dans un candidat des traces réprouvables de légèreté dans les mœurs ou de banalité dans les comportements. Le candidat doit se distinguer par la droiture de ses intentions, par la cohérence de sa vie, son sens de responsabilité et de justice.
Les défauts comme l’ambivalence, l’ambiguïté, l’équivocité, le flou, le clair-obscur ou l’opacité ne pouvaient pas etre tolérés dans le chef d’un candidat.
Au contraire, on attend d’un candidat au sacerdoce qu’il soit transparent, ouvert, réceptif, humble et disposé à se faire aider afin de grandir dans sa vocation, dans la recherche de Dieu et dans l’amour du prochain. Tous les actes du candidat doivent être des actes dignes. Avant de poser un acte en secret et en public, le candidat doit se poser la question du degré de dignité de ce qu’il veut faire.
Chers séminaristes, il y a ici opportunité de vous adresser ces recommandations de Saint Paul aux Philippiens « Frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne d’éloge, soit l’objet de votre pensée » (Philippiens 4, 8).
Pour finir, je voudrais aussi relever, dans ce texte de l’Evangile, une dimension particulièrement importante. Il s’agit de la dimension géographique du texte. L’Evangéliste nous présente Jésus dans son village natal. Jésus fait un retour à la source. Il nous enseigne le sens de l’histoire et nous invite à ne jamais oublier notre passé. Jésus rentre chez lui pour palper du doigt la misère de ses contemporains, ses craintes et ses doutes mais aussi ses joies et ses espérances.
La vocation au sacerdoce vous ouvre à l’univers. Vous n’êtes plus concernés seulement par le problème de vos milieux d’origine mais vous êtes appelés à etre sensibles aux joies et peines du monde entier. Partout où vous serez, en famille comme en stage, soyez attentifs et vigilants. Cultivez en vous le sens de l’observation de la société dans laquelle nous vivons pour en diagnostiquer les problèmes existentiels. Prenez pleinement conscience des situations angoissantes de notre temps. Ne vous désolidarisez pas de notre peuple, mais prenez plutôt à cœur ces peines, ses misères et ses aspirations à une vie descente et digne. Sentez-vous concernés par le temps dur que traverse notre monde.
Vous remarquerez que des nombreux défis vous attendent dans l’avenir. Cette prise de conscience vous permettra de prendre au sérieux votre formation afin de mieux vous armer car le monde attend beaucoup de vous. Ainsi, le séminaire est un temps qui vous permet de vous attacher solidement au Christ pour recevoir de lui des énergies qui vous aideront à transformer le monde, à y apporter une lueur d’espérance contre toute espérance.
Je vous mets à l’oreille ces propos du Saint Père, le Pape François adressés à tous les jeunes du monde entier à l’occasion de la présentation du Document Préparatoire de la XVième Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques. Le Pape disait « Un monde meilleur se construit aussi grâce à vous, à votre désir de changement et à votre générosité. N’ayez pas peur d’écouter l’Esprit qui vous suggère des choix audacieux, ne temporisez pas quand la conscience vous demande d’oser pour suivre le Maître. L’Église même désire se mettre à l’écoute de votre voix, de votre sensibilité, de votre foi; voire de vos doutes et de vos critiques ».
Nous vous confions à l’intercession de St Augustin, le patron de notre séminaire, Qu’il vous inscrive dans son école pour etre dociles aux appels de la grâce et attentifs aux aspirations des hommes de notre temps assoiffés de justice, d’unité, de paix et de bonheur. Nous vous recommandons à l’intercession maternelle de la Très Sainte Vierge Marie, Notre Dame et Patronne de vocations. Qu’elle intercède pour le cheminement de Foi de chacun d’entre vous afin que Son Fils achève en vous ce qu’il a lui-même commencé.
Amen

Les plus Lus

Diocèse en image

Découvrez, visitez et vivez le diocèse en image à travers ses bâtiments.